Il est temps de redonner à l'utilisateur le clés de son informatique. L'utilisateur doit être responsabilisé pour spécifier les logiciels qu'il désire et non pour subir les décisions fluctuantes des modes en vogue. Et ce logiciel une fois adapté aux besoins de l'utilisateur doit survivre à l'évolution parfois artificielle des matériels et de systèmes.

Cette démarche qui a l'air d'être conservatrice doit en faire être évolutive. Le logiciel n'est une matière morte, il doit sans cesse être amélioré et sa conception revue afin de s'adapter au matériel et aux nouvelles techniques. Ces nouvelles techniques ne sont pas là juste par mode, elle sont nécessaires. S'adapter aux technologies en cours permet de choisir du matériel plus classique donc moins cher, de simplifier le travail du concepteur et donc de gagner du temps mais aussi et surtout à plus long terme d'être capable de toujours trouver des jeunes capable de maintenir le système. Car un logiciel dont l'architecture est maintenue est comme un jardin bien entretenu : il peut être transmis à la génération à venir. Le logiciel est en effet souvent attaché au matériel. Le matériel comme tout matériel s'use. Il faut donc le remplacer, mais on ne peut pas le remplacer le même matériel car la technologie évolue sans cesse. Donc on est obligé de racheter du matériel qui a évolué. Si le logiciel ne suit pas un jour prochain il n'y aura plus de matériel pour le faire tourner et même si c'est le cas les contraintes techniques en matière de qualité logicielle et de sécurité auront évoluée telles que le logiciel lui me ne sera plus aux normes. Donc le logiciel est forcé d'évoluer.

Être capable d'accompagner les utilisateurs sans leur demander de tout réapprendre pour passer d'une version à l'autre mais ne pas figer le système sur des technologies vieillissantes , c'est une vraie gageure : celle d'un artisan du logiciel.